Yosuke Sato joue Syos

Yosuke Sato joue un bec de saxophone Syos
Yosuke Sato joue un bec de saxophone Syos
La première fois que j'ai joué avec mon bec Syos, je me suis dis : "Ce n'est pas le son que je voulais". Puis, en jouant un peu plus, j'ai commencé à aimer le son qui en sortait. J'en suis maintenant certain : le son idéal que je m'étais imaginé n'était pas le bon. C'est ce que m'a appris mon bec Syos. Il m'a donné un vrai confort de jeu, que je n'avais pas eu jusqu'ici.

Biographie

Yosuke Sato est né à Tokyo, au Japon. Il débute en jouant de la guitare jazz au lycée, avant de passer à la trompette à l'université. Après avoir obtenu son diplôme, il s'éprend du saxophone alto et se produit en tant que musicien professionnel à Sapporo, dans la province d'Hokkaido.

Yosuke déménage à New York en 2008, et est invité par le trompettiste Melvin Vines à rejoindre son groupe, la Harlem Jazz Machine, en tant que saxophoniste. Le groupe se produit dans le légendaire St. Nic's Pub, un lieu historique du jazz new-yorkais, jusqu'à sa fermeture. Melvin présente ensuite Yosuke à Gregory Porter, qui l'engage au sein du Gregory Porter Quartet. Le groupe joue toutes les semaines au Smoke, l'un des clubs jazz les plus populaires de Manhattan. Ils commencent ensuite une tournée internationale. Le deuxième album de Gregory, intitulé Be Good, est nommé pour un Grammy, et son troisième, Liquid Spirit, en remporte un dans la catégorie "Best Jazz Vocal Album of the year" en 2014.

Sato quittera ensuite le groupe en 2015, peu avant la sortie de Take Me to the Alley, quatrième album de Gregory dans lequel il joue. Cet album remporte un Grammy lui aussi, dans la même catégorie que le précédent, et offre ainsi à Sato son deuxième Grammy. Sato a joué dans tous ces albums, en tant que premier saxophone et a tourné avec le quintet autour du monde, se produisant dans de nombreux festivals de jazz.

Il retourne ensuite au Japon où il vit actuellement, travaillant sur sa musique.

Évènements à venir

Ne manquez rien de l’actualité Syos ! Rejoignez-nous