Syos dévoile sa nouvelle offre promotionnelle

TWO

Vous êtes vous déjà demandé s’il était possible de jouer des sons très mats avec votre groupe de jazz un vendredi soir, et d’enchaîner avec des sons plus clairs et puissants le samedi avec votre fanfare ? Ou si vous pouviez passer d’un concert en intérieur, tout en douceur à un autre en extérieur dans la foulée ? Ce n’est probablement pas possible avec le même bec, ou alors cela vous demanderait de grands efforts pour parvenir à un résultat qui ne vous satisferait peut-être pas. Et si on vous disait qu’on a une solution pour vous ?

Cette semaine, Syos lance l’offre TWO, qui vous permet de profiter d’un deuxième bec à moitié prix avec votre commande ! L’occasion pour vous d’essayer des paramètres différents, contradictoires peut-être mais concomitants dans les solutions qu’ils peuvent vous apporter. Ou bien même de vous équiper de deux becs presque identiques mais dotés de spécificités propres à chacun, pour envisager différents cas de figure.

Profitez-en ici !

Afin de vous aider à orienter votre choix, nous vous proposons une comparaison entre plusieurs artistes à l’origine de certains de nos becs Signature, aussi bien pour la clarinette que pour le saxophone. Chaque section sera accompagnée de vidéos afin que vous puissiez vous faire votre propre idée, à l’aide de vos oreilles.

CLARINETTE

Syos fabrique des becs pour deux clarinettes : la clarinette basse et la clarinette en si bémol.

Pour la clarinette basse, nous avons décidé de vous présenter une comparaison entre les sonorités d’Eric Croissant et d’Arrington de Dionyso.

Eric Croissant produit généralement des sonorités plutôt mates, équilibrées, assez boisées. Dans cette composition personnelle, il utilise sa clarinette pour poser les fondations de la ligne de basse, l’alliant à des percussions électroniques.

Une grande Arrington de Dionyso, de son côté, joue fort, tout en puissance. Dans cette vidéo, le seul instrument (en plus des percussions) est la clarinette d’Arrington. Et pas besoin de plus : il remplit tout l’espace de tonalités étonnantes, à un rythme endiablé !

Du côté de la clarinette en si bémol, nous sommes partis sur une sélection 100% française, avec Yoann Boucher et César Poirier. Les extraits que nous avons sélectionnés les montrent jouant seuls, pour vous permettre de bien entendre leur caractère !

Yoann Boucher joue de sa clarinette avec classe, et la fait chanter tout en contrôle. Sons filés mais puissants, notes basses et changements de registre, cette vidéo met en évidence sa façon d’aborder la musique. Et son bec signature lui permet de jouer comme il l’entend, avec le moins d’efforts possible ! Pour vous permettre de vous faire une meilleure idée de ce dont Yoann est capable, regardez aussi celle-ci :

César Poirier, ici, joue plus rapidement, en marquant des intervalles par-ci, par-là, dans des tonalités enjouées et brillantes. Son bec l’aide à exprimer le plus de clarté possible dans sa musique.

SAXOPHONE

Pour les saxophones, Syos propose quatre gammes de becs : une pour le baryton, une pour le ténor, une pour l’alto, et une pour le soprano. Pour chaque type de saxophone, il existe plusieurs becs signature différents ;

Pour le baryton et le soprano, nous avons choisi de comparer les sons de Dayna Stephens et de Scott Paddock.

Dayna Stephens, aussi bien sur son baryton que son soprano, joue legato, avec une attaque douce et en laissant les notes sonner. Tout en finesse, il ensorcelle son public en lui susurrant ses mélodies. Le voici au baryton et ici au soprano :

Scott Paddock, lui, joue des notes plus articulées, plus piquées, en accentuant certaines. Il rebondit d’une note à l’autre en poussant le son le plus fort possible, et la chaleur et la puissance de son jeu sautent vite aux oreilles. Vous pouvez l’écouter jouer du baryton ici et du soprano là :

Passons donc au ténor ! Ici nous comparerons le son de Jason Moore à celui de Victor Raimondeau.

Jason Moore, saxophoniste américain, fait chanter son saxophone tout en douceur. Dans >cette vidéo, il joue avec son groupe, King Garbage, et les nappes sonores qui émanent de son instrument sont aussi légères que douces.

Victor Raimondeau, lui, est tout en puissance. Son saxophone sonne clair, perçant, et donne envie de se lever de sa chaise pour danser quand il joue. Le voici sur une chanson de Deluxe, sur le parking d’une grande surface, plein d’énergie et de style.

Pour finir, nous nous intéresserons à l’alto. Pour ce saxophone, mettons en exergue les différences sonores entre Jordan Reed et Cody Dear.

Jordan Reed, qui, de par son nom, semblait prédisposé à jouer d’un instrument à vent (“reed”, c’est le mot anglais utilisé pour qualifier une anche). Fort et épais, le son de Jordan reste souple et doux, comme une couette bien chaude en plein hiver. >Ici, il joue un duet de Kohler, qu’il a enregistré en faisant deux prises différentes.

Cody Dear, à l’alto, c’est plus brillant, plus aiguisé. Dans cette composition personnelle, lorsque le saxophone s’ajoute au mix, il transperce le reste des instruments et se pose par-dessus, comme si tout s’écartait pour le laisser passer.

Voilà, les comparaisons sont faites. Tous ces artistes talentueux sont impressionnants et nous nous faisons un plaisir d’écouter leur musique, en espérant que vous aussi. Maintenant, c’est à vous de faire votre choix : quels becs signatures choisirez-vous cette semaine, pour allier deux sonorités, ou instruments, que vous aimeriez jouer ? Dites-nous en commentaire quel choix vous avez fait, et si vous avez le temps, n’hésitez pas à nous expliquer le pourquoi du comment !

Profitez-en ici !

Ne manquez rien de l’actualité Syos ! Rejoignez-nous

Suivez-nous

Articles les plus populaires

Les auteurs

Pauline Eveno
Pauline Eveno
Maxime Carron
Maxime Carron
Sylvie Leys
Sylvie Leys

Ne manquez rien de l’actualité Syos ! Rejoignez-nous