Sophie Alour

J’ai été frappée par l’originalité de la démarche de Pauline et les promesses qu’elle pouvait représenter pour tous les saxophonistes. Aujourd’hui, grâce à la recherche de SYOS, il semble que l’offre est aussi vaste que les goûts des saxophonistes et surtout SYOS ne se contente pas de présenter un large éventail de becs, mais accompagne la recherche, tente de définir au plus près la demande pour faire finalement un bec sur mesure, ce qui représente un peu le rêve de tout saxophoniste.

Esthétique sonore

Très mat
Très brillant
Très retenu
Très puissant

Le son de Sophie Alour est plutôt mat et détimbré, avec une certaine douceur. Le bec que nous avons créé pour Sophie lui permet de déployer ce type de sonorité avec facilité dans l'ensemble du registre du ténor.

Biographie

Née en 1974, Sophie Alour a appris le saxophone en autodidacte, après avoir étudié clarinette à l’école de musique de Quimper. C’est sur scène, in vivo, qu’elle fait l’apprentissage du jazz et très vite, en 2000, elle est engagée dans le big band « le Vintage Orchestra » qui réunit la fine fleur de sa génération. Elle créé dans la même année un sextet avec Stéphane Belmondo et intègre dans le même élan le big band de Christophe Dal Sasso qui enregistre l’album « Ouverture » (Nocturne). Une nouvelle étape est franchie quand Rhoda Scott l’engage en 2004 pour former son quartet.

La même année elle joue dans le big band de Wynton Marsalis et participe au projet d’Aldo Romano. En 2005, elle enregistre son premier album « Insulaire » (Nocturne) salué par la critique. Elle est invitée à participer à plusieurs enregistrements et on la retrouve aussi bien sur les disques d’Alexandre Saada« Be where you are » ou « Panic circus » que sur l’album du Lady quartet de Rhoda Scott.

En tant que leader, elle réalise son deuxième album en 2007 « Uncaged » (Nocturne) qui réunit Laurent Coq au fender rhodes, Yoni Zelnik à la contrebasse et Karl Jannuska à la batterie et pour lequel elle a débauché le guitariste Sébastien Martel de la scène rock. Le public est aussi enthousiaste que la critique (disque d’émoi Jazzmag, Choc Jazzman et ffff Télérama) et elle obtient le Django d’or 2007 du jeune talent. Pendant 2 ans, elle donne des dizaines de concerts avec cette formation, en France comme à l’étranger (Afrique de l’est et Amérique centrale), réexplore son répertoire, le déconstruit, en cherche les limites, pour revenir ressourcée vers le Jazz et un nouvel album, cette fois en trio, «Opus 3 » (Plus loin music, 2010) (Choc Jazzman, ffff Télérama et le So Jazz).

En 2011, elle participe aux côtés de musiciens prestigieux tels que David El-Malek, Pierre de Bethmann ou Frank Agulhon à l’enregistrement du nouvel album de Christophe Dal Sasso « Prétextes » pour le label Bflat. En juin, elle participe au disque de Rhoda Scott enregistré en live sur la grande scène du festival de Vienne.

En 2012, Sophie Alour signe chez le label « naïve » et enregistre son quatrième disque en quintet « La géographie des rêves ». Il recevra lui aussi un accueil chaleureux et enthousiaste et d'aucuns salueront la compositrice et arrangeuse pour cet album. En 2014 sort « Shaker », son cinquième album, toujours chez naïve.